Skip to content Skip to navigation menu

Syndrome bracycéphalique : qu'est-ce que c'est, et comment le prévenir ?


Pour ceux d’entre vous qui ne le connaissent pas, le terme « brachycéphale » signifie « qui a le crâne court » et décrit les races d’animaux qui possèdent une tête plate. Celles-ci sont de plus en plus populaires depuis quelques années et incluent notamment le bouledogue français, le carlin, le shih tzu et le boxer.

Ces races sont volontairement élevées pour présenter certains attributs physiques, mais cela entraîne des effets secondaires regrettables. Les chiens à tête très plate ont en effet des voies respiratoires extrêmement étroites, ce qui les empêche de respirer normalement.

Tous les chiens à tête plate ne présentent pas de syndrome obstructif des voies respiratoires (ou syndrome bracycéphalique), mais si votre animal émet des bruits ressemblant à des ronflements ou des gargouillements, il est possible qu’il souffre de difficultés respiratoires chroniques.

Si vous aviez entendu parler de ces risques, votre vétérinaire a probablement déjà examiné votre animal. Le syndrome brachycéphalique peut présenter des degrés de gravité extrêmement divers et, bien que l’opération ne soit pas nécessaire pour tous les chiens, mieux vaut les faire examiner quand ils sont encore très jeunes pour évaluer la nécessité de cette intervention.

Outre l’option extrême que représente l’opération, il existe des mesures de prévention qui peuvent aider votre animal brachycéphale.

1) Les parents – Si vous envisagez d’adopter un chien à tête plate, assurez-vous de rencontrer ses deux parents (un éleveur responsable sera toujours d’accord pour vous les présenter). Vérifier également qu’ils respirent correctement, en émettant le moins de bruit possible.

2) Le poids – Maintenez le poids de forme de votre animal et vous réduirez considérablement le risque de syndrome brachycéphalique.

3) Temperature – Évitez de faire grimper la température corporelle de votre chien en privilégiant les séances d’exercices courtes et les promenades aux moments les plus frais de la journée (c’est-à-dire le matin et le soir). Les animaux brachycéphales supportent beaucoup moins bien la chaleur que les autres car ils doivent haleter davantage pour baisser leur température (ce qui est difficile puisque leurs voies respiratoires sont partiellement obstruées).

Andrew Bucher
Vétérinaire et cofondateur de MedicAnimal