Skip to content Skip to navigation menu

Lutter contre le diabète et l'obésité chez les animaux

Les derniers résultats publiés par Animal Friends Insurance montrent une augmentation de 900% dans les prédispositions au diabète parmi plus 9000 chiens et chats entre 2011 et 2016 ; il est temps de regarder POURQUOI cela arrive à nos animaux. En réalité, cette augmentation est bien au-dessus de celle observée chez les humains. Sommes-nous finalement parvenus à une bonne hygiène de vie alors que nos animaux ont toujours des régimes inadaptés et manquent d’exercice ?

POURQUOI CELA ARRIVE-T-IL ?

Le rapport ne précisait pas si cette augmentation était due à des facteurs génétiques ou au mode de vie des animaux de compagnie. Cependant il est évident que la raison principale de cette hausse est à relier à l’obésité des animaux, de plus en plus répandue, ainsi qu’à leur espérance de vie diminuée. L’obésité est donc de loin le facteur le plus prédisposant. En réalité, une étude PDSA de 2015 a montré que 80% des vétérinaires interrogés pensent que les animaux obèses seront plus nombreux que les animaux en bonne santé d’ici 2020 ! Comme les humains, les animaux deviennent obèses à cause de portions de taille trop grande et d’un régime inadapté (dans ce cas trop riche en fibres et pauvre en protéines) couplés à des niveaux d’exercices inadaptés. En plus, n’oublions pas que nos amis à 4 pattes aiment les restes de table. La meilleure chose que vous puissiez faire en premier lieu pour éviter le diabète à votre chat ou à votre chien est donc de les aider à garder la ligne ! L’autre raison pourrait être que de nombreux symptômes initiaux du diabète (augmentation de la soif et de l’urine) ne sont pas remarqués par les propriétaires (surtout pour les chats dont beaucoup ont accès à l’extérieur) ou que la perte de poids est attribuée à un régime récent et non pas au diabète.

QU’EST CE QUE C’EST ?

Le diabète de type I (dépendance à l’insuline) est souvent rare chez les animaux et affecte dans la majorité des cas les jeunes animaux. Le diabète de type II (sans dépendance à l’insuline) est beaucoup plus commun et affecte jusqu’à 75% des chants entre 8 et 13 ans et la plupart des chiens ayant en moyenne 8 ans (l’âge pouvant varier entre 4 et 14 ans). Il est très important de comprendre que le diabète n’est PAS une maladie liée à l’âge mais bien causée par des choix de vie que vous imposez à votre animal. N’oubliez pas que c’est à vous (et non à votre animal) de décider ce que vous lui donnez à manger et à quelle fréquence il fait de l’exercice. Avec les chats, il vous faudra utiliser votre créativité et leurs instincts de chasseurs pour les entrainer dans des jeux qui leur plairont. Généralement les chiennes souffrent plus de diabètes que les chiens alors que c’est l’inverse qui se produit chez les chats. Le diabète de type II se produit fondamentalement pour deux raisons :

1) Une sécrétion d’insuline retardée ou inadéquate aux besoins de votre animal ou

2) Une sécrétion d’insuline anormale combinée avec une réponse inadéquate des cellules à l’insuline (c’est-à-dire que les cellules ne permettent plus au glucose de rentrer dans la cellule)

Le résultat est donc que le sucre reste dans le sang (au lieu de passer dans les cellules qui en ont besoin) et que les cellules ont encore faim ! Par conséquent, le corps commence à puiser dans les réserves de gras et dans les muscles pour libérer de l’énergie. Et votre animal aura encore faim (comme les cellules ne sont pas approvisionnées en glucose et sont donc affamées) mais il continuera à perdre du poids. En plus de cela, le glucose s’accumulera dans le sang avant d’être finalement éliminé par l’urine. Cela mènera à une soif et une urine excessives (les deux principaux symptômes). Si cela n’est pas traité, les cellules du pancréas s’épuisent et ne parviennent plus à sécréter les niveaux d’insuline suffisants. Dans ces cas-là, une thérapie d’insuline est requise de manière continue. Si la maladie est détectée avant, il y a de bonnes chances que le diabète puisse être contrôlé avec un régime et des exercices modérés pratiqués régulièrement.

QU’OBSERVEREZ-VOUS CHEZ VOTRE ANIMAL ?

Rappelez-vous, l’obésité est le premier facteur de prédisposition ! Premiers symptômes :

  • Soif et urine excessives (dues à la diurèse osmotique, c’est-à-dire que l’eau suit le glucose dans l’urine)
  • Augmentation de la faim (comme les cellules « pensent » qu’il n’y a pas de glucose disponible)
  • Perte de poids (comme le corps brûle des graisses et du muscle pour l’énergie)
  • Infection des voies urinaires, infections qui sont dues au glucose dans l’urine, qui représente une source d’énergie idéale pour les bactéries. Il se peut même que votre animal ait eu des infections des voies urinaires avant d’être diagnostiqué.

Symptômes avancés :

  • Anorexie
  • Dépression et léthargie (dues au manqué de glucose dans les cellules)
  • Vomissements
  • Cataracte (plus courant chez les chiens)
  • Faiblesse dans les membres postérieurs (marcher sur leurs chevilles, pour les chats)

QUE FAIRE ?

La première chose à faire si vous repérez l’un de ces symptômes est de vous rendre chez votre vétérinaire. Réussir à contrôler le diabète de votre animal peut prendre du temps, surtout s’il est obèse depuis un certain temps. Comme nous l’avons vu, cela a un effet direct sur la capacité des cellules pancréatiques à fabriquer de l’insuline. Votre vétérinaire examinera avec vous les diverses méthodes de traitement possibles comme les piqures d’insuline, les comprimés oraux (surtout pour les chats), les modifications du régime alimentaire et de l’exercice ainsi que le suivi d’un calendrier diabétique. Le calendrier contiendra les dates des piqures, les quantités de nourriture données, les niveaux d’exercice, d’urine et de soif remarqués. Votre vétérinaire pourra aussi vous demander de surveiller le niveau d’eau bue (c’est l’indicateur le plus sensible) ou de tester l’urine pour le glucose. Le traitement initial pourra inclure plusieurs courbes de glucose (c’est-à-dire les mesures du niveau de glucose dans le sang après la piqure d’insuline) pour définir la meilleure manière de doser l’insuline ainsi que l’horaire le plus adapté. Chez les chats, le diabète sans complication peut parfois être contrôlé simplement avec un régime, de l’exercice et l’utilisation de comprimés hypoglycémiants oraux. Chez les chats particulièrement, il est très important de réduire graduellement leur poids afin de protéger le foie autant que possible. Comme pour tout, mieux vaut prévenir que guérir ! Vous assurer que votre animal bénéficie d’une nourriture de bonne qualité (à savoir pas simplement chargée en céréales mais plutôt avec de bonnes sources de protéines et un apport calorique suffisant) peut permettre de prévenir l’obésité en premier lieu. L’exercice régulier (20-40 minutes par jour pour votre chien, au minimum) est la clé. Cependant, même si votre animal vous fait les yeux de chien battu, il ne faut pas lui donner vos restes de nourriture ! Enfin, sachez qu’une fois le traitement commencé les pronostics sont bons et pour une majorité des animaux, l’espérance de vie est normale. Les chats atteints de diabète parviennent même parfois à une émission (même si les risques de rechute subsistent) tandis que les chiens l’ont à vie. Toutefois, le diabète est une maladie contrôlable si elle est bien surveillée. La partie la plus compliquée étant le diagnostic initial (c’est-à-dire que les propriétaires reconnaissent les symptômes) et la détermination de la dose optimale d’insuline, surtout si votre animal était obèse auparavant. Une fois que cela a été réalisé, la gestion sur le long terme est relativement simple, surtout avec un propriétaire bien informé !