Your browser does not support JavaScript! Avoir des animaux de compagnie : une tendance à la baisse ? | MedicAnimal.fr
Skip to content Skip to navigation menu
  • MedicAnimal - Leurs soins au quotidien

Animaux de compagnie et responsabilité

Le nombre de propriétaires d'animaux de compagnie pourrait baisser de moitié d'ici la fin de la décennie.

Si les tendances actuelles se confirment, le nombre de propriétaires d'animaux de compagnie comptés en 2013 pourrait réduire de moitié d'ici 2020.

Plusieurs facteurs contribuent à ce déclin, notamment la transformation des modes de vie et les frais engendrés. Une étude récente sur les coûts associés aux animaux de compagnie montre que 90 % des clients seraient prêts à rechercher des produits de meilleure qualité pour leurs animaux s'ils n'étaient pas aussi coûteux.

L'avis de notre chef vétérinaire :

« Alors que de nombreux facteurs contribuent au déclin du nombre de propriétaires d'animaux de compagnie, tels que l'augmentation du nombre de locataires, plusieurs signes nous montrent clairement que posséder un animal de compagnie paraît moins accessible de nos jours que par le passé.

Selon une récente étude, 73 % des personnes interrogées pensent que leur animal de compagnie a un effet positif sur leur santé mentale. Avoir un animal de compagnie chez soi est bénéfique à de multiples points de vue : c'est tout d'abord un compagnon qui permet de réduire le stress. Mais il est également prouvé que les animaux de compagnie participent à notre longévité. Ils sont capables de pressentir les crises, ils aident à réduire la pression artérielle et le cholestérol et ils peuvent même surveiller la glycémie de leur maître diabétique.

Assurément, posséder un chien ou un chat n'a rien d'un luxe, mais face aux coûts engendrés tout au long de leur vie, jusqu'à 37 000 € et 20 000 € respectivement, nombreux sont réfractaire à un tel engagement financier.

Pourtant, quelques astuces permettent de réduire les coûts liés aux animaux de compagnie afin que cette précieuse expérience reste ouverte au plus grand nombre. »

Acheter en ligne
« Les produits pour animaux sont nettement moins chers en ligne (jusqu'à 30 % de moins), et en matière d'alimentation, vous pouvez acheter de grandes quantités pour économiser. De plus grands sacs durent plus longtemps et sont plus économes à terme. Les médicaments sont également moins coûteux sur internet, ce qui est particulièrement avantageux si votre animal souffre d'une maladie chronique. »

Les assurances
« Assurer votre animal peut être un filet de sécurité s'il tombe malade. Toutefois, soyez vigilant. Assurez votre animal avant qu'il n'atteigne l'âge de sept ans : de nombreuses compagnies d'assurance refusent les animaux plus âgés. Sachez que les bonus dépendent de votre lieu de vie, et que les compagnies d'assurance ne prennent pas en charge les coûts des traitements associés à une maladie déjà existante. »

Ouvrir un compte épargne
« Pour gérer le budget que vous dédiez à votre animal, rien de tel qu'un compte épargne. En effet, un rapport récent montre que les compagnies d'assurance refusent environ quatre demandes sur dix. Ainsi, il est rassurant de disposer de quelques économies en cas d'urgence médicale. »

N'oubliez pas le vétérinaire
« Mieux vaut prévenir que guérir. Les visites régulières chez le vétérinaire sont primordiales pour garder votre animal (et votre compte en banque !) en bonne santé. J'ai parfois dû euthanasier des animaux qui auraient facilement pu être sauvés si leurs propriétaires avaient signalé les problèmes de santé avant-coureurs, avant qu'ils ne deviennent incontrôlables. Je vous conseille d'emmener votre animal chez le vétérinaire pour une visite de contrôle au moins une fois par an. Plus les problèmes sont détectés tôt, plus il est facile (et moins onéreux) de les traiter. La stérilisation peut aussi être recommandée : elle permet d'éviter les gestations non désirées et de réduire les risques liés à des problèmes de santé coûteux. »